dimanche 30 avril 2017

Les descendants de déportés apprécieront



L'exploitation éhontée du sort des victimes de la barbarie nazie à laquelle se livre Emmanuel Macron est irrespectueuse (et insultante) pour ces dernières. Marine Le Pen, plus discrète, s'est contentée de déposer une gerbe devant une stèle à Marseille. Les descendants de déportés apprécieront la différence.

(Bien sûr, on me rétorquera que la discrétion du geste de Marine Le Pen n'est pas commandée par la seule pudeur. Il s'agit de politique, mais chez Macron la tentative de récupération est trop apparente et dépasse les bornes de la décence.)

dimanche 16 avril 2017

Comparaisons fallacieuses

Au long de la campagne on n'a pas su quoi inventer pour défendre la candidature de M. Fillon.
On a voulu réhabiliter son cas par des comparaisons fallacieuses. Fillon a été comparé à Mazarin (comme si son bilan soutenait la comparaison avec celui du grand commis) par J.-P. Brighelli, à de Gaulle... Ainsi Paul-Marie Coûteaux écrit dans un tweet :
« De Gaulle a été condamné à mort par la Justice française, il fut cependant porté au pouvoir par la suite, et la France s'en porta bien. »
Oui mais de Gaulle a été condamné à mort pour avoir osé braver un pouvoir illégitime, c'est là un de ses titres de gloire. Fillon a été mis en examen dans une série d'affaires peu reluisantes. En d'autres termes, de Gaulle a encouru la peine de mort pour s'être rebellé ; Fillon est mis en examen pour avoir profité du système. Aucun rapport.
Les affaires dans lesquelles Fillon est impliqué sont de bien médiocres affaires, à la hauteur de son passage à Matignon. Je vous laisse deviner la différence avec Mazarin, Talleyrand, et les autres...